Inscrivez-vous à la newsletter

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire

  • Modificatif important à l'arrêté annuel "chasse" 2021-2022
    Suite àux concertations sur le...
    Lire la suite
  • Bilans bécasses saison 2020-2021
    M. Gérard Aurousseau, responsable...
    Lire la suite
  • Le manifeste « La chasse, cœur de biodiversité » de la FNC
    A lire Le manifeste pour « La...
    Lire la suite
  • Etude socio-économique de la chasse
    La FNC a fait réaliser une...
    Lire la suite
caille_ble
Source Wikipedia

La Caille des blés est présente dans le département des Alpes-Maritimes de la mi-avril à la mi-septembre en tant qu'espèce nicheuse.

Répartition

Elle se répartit essentiellement sur le Moyen Pays avec une présence plus marquée sur les Préalpes du Cheiron. Elle exploite les quelques parcelles de céréales et les prairies de fauche ainsi que les zones de pelouses sèches des plateaux d'altitude. Les sites autrefois très favorables du Haut Pays ont perdu leur capacité d’accueil avec la disparition des cultures céréalières et le surpâturage ovin.


Abondance

Aucune donnée précise n'est disponible pour le département sur le nombre de nicheurs et le succès de la reproduction. Comme pour tous les oiseaux nichant au sol, il est à craindre que le développement de la population de sangliers n’entraîne une augmentation de la prédation sur les œufs et les poussins. Depuis que l'ouverture de la chasse de l'espèce s'effectue tardivement, la pression cynégétique est pratiquement nulle et le tableau de chasse très faible, la plupart des oiseaux étant déjà partis.

Habitat

L'habitat de nidification de la Caille des blés a subi de très importantes modifications depuis le siècle dernier:

  • Quasi disparition de la polyculture et des cultures de céréales.
  • Raréfaction des prairies et prés de fauche.
  • Réduction des pelouses sèches.
  • Diminution du pâturage extensif des ovins au profit du surpâturage.

Réglementation

L’ouverture de la chasse à la caille est fixée au dernier dimanche du mois d'août, conformément à la réglementation nationale, uniquement au chien d'arrêt et en milieu ouvert.
Le PMA est de 6 oiseaux par jour et par chasseur.
Les jours de chasse autorisés sont le lundi, mercredi, samedi, dimanche et jours fériés.

Enjeux

  • Maintenir les prairies et prés de fauche en partenariat avec les agriculteurs.
  • Intensifier la réalisation de parcelles de céréales ainsi que la remise en état de prairies et le maintien de pelouses sèches par les sociétés de chasse.
  • Obtenir le relevé des tableaux de chasse annuel.



Pour en savoir plus sur la caille des blés, lire la fiche "espèce" de l'OFB


bandeau_colombides3


La tourterelle des bois

Sa présence en tant que nicheuse est anecdotique, par ailleurs notre département se trouve en dehors de son axe migratoire postnuptial si bien que sa chasse avec une ouverture anticipée au dernier dimanche d’août n’est pas justifiée dans notre département.

Lire la fiche "espèce" de l'OFB


La tourterelle Turque

Espèce implantée qui colonise  villes et jardins autant que les îlots urbanisés  en milieu rural.
Si sa chasse est autorisée son mode de vie à proximité des habitations en interdit la pratique.


Le pigeon biset

L’ancêtre du pigeon des villes autrefois assez nombreux dans le département est un sédentaire qui se fait maintenant assez rare pour qu’il soit devenu difficile d’assurer qu’il existe encore une souche pure dans les falaises et rochers de la zone littorale.
Son tir est autorisé de l’ouverture à la fermeture générale.


Le pigeon ramier connu aussi sous le nom de « palombe »

Autrefois uniquement migrateur l’espèce est maintenant sédentarisée dans le département, les oiseaux autochtones étant en augmentation régulière depuis les années 90.
Dans les Alpes-Maritimes il se chasse essentiellement au poste conjointement aux grives car emprunte lors de la migration postnuptiale les mêmes itinéraires.
Il existe une grande voie de pénétration qui, depuis le golfe de Gênes longe les côtes. Selon l’importance et la direction du vent les vols sont ou plaqués contre les reliefs ou déportés en mer.
Une deuxième voie de pénétration est plus interne  dans le Moyen Pays,  avec un passage privilégié au col des Portes qui bien qu’étant dans le 04 jouxte notre département.
Ces deux voies forment l’axe de pénétration qui contourne les Alpes pour rejoindre le flux pénétrant par la voie continentale.
Si le tir à la volée est le mode de prélèvement le plus pratiqué il semble, et la sédentarisation ni est sans doute pas étrangère, que des techniques plus spécifiques telles que l’affût sur les lieux de gagnage ou sous les arbres dortoirs, soient de plus en plus utilisées.

En savoir plus sur les palombes :

Lire la fiche "espèce" de l'OFB:


Le pigeon colombin

Peu fréquent dans notre département, quelques exemplaires de ce petit pigeon sont capturés parmi les vols de ramiers qu’ils accompagnent en migration.

Par arrêté ministériel du 28 janvier 2008 le tir du pigeon ramier à partir d’un poste fixe est autorisé dans les Alpes Maritimes jusqu’au 20 février.







lagopede
Lagopède alpin en cours de mue (source Wikipedia)

Le Lagopède alpin est présent sur 23 communes seulement de la moitié nord des Alpes-Maritimes. Ses exigences écologiques et la faible superficie de son habitat cantonnent sa population sur une petite portion du département. L’espèce évolue au-dessus de la forêt, généralement de 2000 m à 2800 m d’altitude depuis l’étage alpin à l’étage nival.


En France, le Lagopède alpin est une relique glaciaire. Il est arrivé sous nos latitudes lors de la dernière glaciation du Würm, alors que d'immenses glaciers recouvraient une grande partie de l’Europe. Lorsque le climat s’est réchauffé, l'oiseau est remonté vers le nord de l'Europe tandis que certains individus trouvés refuge à haute altitude dans les Alpes et les Pyrénées, dans le seul habitat disponible correspondant aux exigences écologiques de l'espèce.








L'espèce est soumise au plan de chasse sur l’ensemble du département depuis l’année 2006. Depuis 1998, les tableaux de chasse obtenus par l’intermédiaire des carnets Petit Gibier de Montagne traduisent un faible prélèvement sur une population cantonnée essentiellement dans le cœur du Parc National du Mercantour.
La Lagopède alpin est le petit gibier par excellence du milieu montagnard. Son habitat austère, la difficulté pour y accéder et sa faible abondance limitent considérablement les ardeurs des chasseurs. Seuls quelques rares passionnés le recherchent en particulier.

Le Lagopède alpin bénéficie de différentes adaptations (comportementales, physiologiques et anatomiques) à la neige et au froid, très élaborées. Elles lui permettent de vivre bien au-dessus de la limite des arbres dans un habitat austère et d'affronter les rigueurs de l'hiver montagnard.L'une des plus marquantes consiste en un changement de colorie entre l'été et l'hiver. En effet, à l'approche des rigueurs hivernales, l'oiseau revêt un plumage plus épais pour se protéger du froid et entièrement blanc (exception faites des plumes de la queue qui restent noire mais invisibles lorsque l'oiseau est au sol) pour passer inaperçu sur la neige qui recouvre son domaine de vie.

En France, le Lagopède alpin fait l'objet de quelques études et suivis dans les Alpes et les Pyrénées. Parmi les résultats déjà obtenus, cette espèce ferait preuve d'une faible productivité mais d'un taux de survie élevé des adultes, contrairement aux autres galliformes.


repartition_lagopede2010




EVOLUTION DES PRELEVEMENTS

lagopedes prelevements

POUR EN SAVOIR PLUS

Lire la fiche "lagopède" de l'Office français de la biodiversité (OFB)

 

marmotte

 

Dans les Alpes-Maritimes, la Marmotte des Alpes subsiste sur quelques communes des Préalpes du Cheiron dans le Moyen-Pays, mais elle est surtout présente sur les massifs situés au nord du département. Sa répartition est morcelée en petits noyaux sur les massifs méridionaux, tandis qu’elle est plutôt contigüe sur les hautes vallées du Mercantour.
La Marmotte qui a besoin de prairies pour s’alimenter se trouve privée de nourriture lorsque la neige recouvre le sol. C’est pour cette raison qu’elle a développé l’hibernation comme stratégie de survie. Cette hibernation qu’elle effectue en famille au fond de son terrier dure environ 6 mois.


L'hibernation débute généralement vers le mois d'octobre avant les premières grosses chutes de neige. Mais lorsque la Marmotte en sort fin mars début avril, l'herbe grasse n'est pas forcément au rendez-vous. Lors d'hivers longs et enneigés, elle est en effet confrontée à un paysage bien enneigé.La Marmotte évolue généralement de 1400 m à 2800 m d’altitude. Elle se rencontre depuis les pelouses sèches à lavande des moyennes montagnes jusqu’aux moraines d’altitude. Elle exploite les milieux ouverts riches en herbacées ainsi que quelques zones de pré-bois.


Répartition
En Europe, la répartition naturelle de la Marmotte des Alpes couvre l’ensemble du massif Alpin et les Carpates.
En France, depuis la fin des années 1940, des introductions réussies ont élargi son aire de répartition aux Pyrénées et au Massif central.
Depuis 1998, un carnet de prélèvement est obligatoire pour la chasse de la Marmotte au même titre que pour les espèces de petit gibier de montagne. Elle est peu chassée dans le département où les prélèvements sont en moyenne de 60 individus.
La Marmotte est bien représentée sur les hautes vallées du Mercantour où localement les populations peuvent se révéler abondantes.
 
 

marmotte photo
Photo jmdlr

 

 

marmottes prelevementss
 
POUR EN SAVOIR PLUS

 

Définition du "Poste"
  • Son but est de fixer le chasseur en un point précis dans le respect des dispositions relatives à la sécurité publique.
  • Toute construction inamovible en planches, en tôle, en branches, en paille ou encore en toile répond à ce but.
  • Pour la recherche du gibier le chasseur peut utiliser un chien de rapport munit d’un grelot et ce dans un rayon de 150 m autour du poste. Quelque en soit la raison dès que le chasseur quitte son poste le fusil doit être déchargé et transporté dans un fourreau, y compris pour la recherche du gibier.

Pour en savoir davantage visitez le site grives.net

haut